Projet Véhicule RC

dje8269

Senior Member
Nickel merci .

Abandon de ce post (mais pas du projet), afin d’éviter de polluer le forum de mes trop nombreuses réponses . J’espère vous dire à bientôt ici ou ailleurs !

Un grand merci à PieM pour son temps consacré à mes projets ; et a Mr BESQUEUT.
 
Bonjour à tous,

je profite d'un moment où le forum est calme, pour vous soumettre une réflexion.

Il s'agit d'une pure réflexion, car je pense qu'il faut des tests en situation pour juger au mieux les réactions du VHL.

Sur le véhicule , d’après vous, quelle serait la meilleure façon de piloter les 6 moteurs (3 par cotés) ? pour obtenir un fonctionnement cohérent ?

J'avais pensé àceci mais sans conviction ( surtout à cause des pics de courant lors des transitions de sens).

Joystick des gaz au neutre
le plus facile.
Le VHL doit pivoter sur lui même . Donc d'un coté les roues tournent dans un sens et dans le sens opposé pour l'autre coté. Suivant la position du joystick(droite/gauche) plus ou moins vite. mais toujours dans le même principe.

Joystick des gaz en avant

La ça se corse ( j'ai rien contre les Corses hein !!)

On avance doucement, et on tourne : plusieurs solutions :
- On accélère un coté seulement
- on ralentit un seul coté
- on ralentis d'un coté et accélère de l'autre.
- on arrête un cote voir on l'inverse, ça me parait pas très catholique ( J'ai rien contre les catholiques ! ).

Voila , je suppose que tout devra dépendre de la vitesse instantanée non ? pour ne pas trop faire forcer la mécanique et l’électronique !

Peut être qu'il vous manque des infos sur le matériel pour avoir un avis constructif, mais je peux rien vous dire de plus car j'ai rien acheter encore ( pour changer) .

il s'agit juste d'avoir votre avis éclairé sur la question ?

Merci de m'avoir lu !
 
Sur le véhicule , d’après vous, quelle serait la meilleure façon de piloter les 6 moteurs (3 par cotés) ? pour obtenir un fonctionnement cohérent ?...
Ça n'est pas dit, mais je suppose qu'un potar contrôle la vitesse, l'autre la direction, et que votre interrogation concerne ce qui se passe lorque l'on agit sur le potentiomètre de direction sans toucher à la vitesse.
La réponse me semble évidente : la vitesse (dans l'axe du véhicule) doit rester inchangée. Tout le reste en découle.

Reste qu'un 6x6 (sans roue directrice) doit obligatoirement déraper pour pouvoir tourner.
Comme l'adhérence de chaque roue est éminemment variable en fonction de la répartition des charges, de la vitesse, de l'angle de rotation, des pneus et du terrain...
la puissance injectée à chaque roue n'est que vaguement liée à la vitesse effective de rotation de chaque roue.
A mon sens, on ne peut obtenir quelque chose de précis (facile à piloter) que si :
- soit l'engin se déplace doucement,
- soit il existe une rétroaction permettant d'ajuster les mouvements effectifs du véhicule à la demande de pilotage.

Pour mémoire, un drône multirotors peut "en théorie" être piloté par une simple télécommande. En pratique, c'est tellement instable que seule l'utilisation d'une plateforme imu voire d'un GPS permet de piloter ces engins.
 
Bonsoir BESQUEUT,

Ça n'est pas dit, mais je suppose qu'un potar contrôle la vitesse, l'autre la direction
Oui je souhaite rester sur le principe de télécommande radio modélisme pour le pilotage. Rien de changé la dessus.

et que votre interrogation concerne ce qui se passe lorsque l'on agit sur le potentiomètre de direction sans toucher à la vitesse.
Les deux en fait , en touchent au GAZ et sans les toucher ( plus facile ce cas de figure).


Reste qu'un 6x6 (sans roue directrice) doit obligatoirement déraper pour pouvoir tourner.
Oui, pas de doute.

Voici l'idée et le but de ma question; Quelle est la meilleure façon pour obtenir le même comportement.
Parexemple j'ai l'impression que les roues avant et arriere ne tourne pas à la même vitesse !
 

GM39

Senior Member
Tu peux envisager une commande avec un levier (potar) pour le côté droit (contrôle du sens et de la vitesse) et la même chose pour le côté gauche, comme un engin de chantier à chenilles.

D'ailleurs as tu réellement besoin de 6 moteurs ?
 
Tu peux envisager une commande avec un levier (potar) pour le côté droit (contrôle du sens et de la vitesse) et la même chose pour le côté gauche, comme un engin de chantier à chenilles.
Oui oui c'est ce que fais une télécommande RC !.

D'ailleurs as tu réellement besoin de 6 moteurs ?
Oui c'est une question de capacité de franchissement.
avec 4 roues, on ne pourrait pas franchir de trottoir ( suivant la hauteur de la caisse et des pneus) donc il faudrait a un gros VHL , ce qui ne rentre pas dans le cahier des charges ; de plus 6 moteurs permettent aussi je pense a augmenter la capacité d'emport sur celui ci .

Mais en fait la on dérive ce n'est pas le but de ma question première, qui consiste a connaitre la meilleure façon de piloter mes 6 roues pour avoir un comportement cohérent.

S'il roule à vitesse constante l'accéléromètre te donne 0 comme indication, comme quand il est à l'arrêt.
Oui et donc? ça sent le Fake ça ?
 
Last edited:
Les deux en fait , en touchent au GAZ et sans les toucher ( plus facile ce cas de figure).
Il faut bien définir une règle. Le plus cohérent me semble être qu'un potentiomètre règle la vitesse et l'autre la direction.
L'important est que pour une position donnée du réglage de vitesse, la vitesse soit stable quelle que soit la position du potentiomètre de direction.
Si la vitesse est zéro, l'engin doit tourner sur place.
Si la vitesse est de 5 km/h dans l'axe, elle doit rester à 5km/h que l'on aille tout droit ou que l'on tourne, ce qui implique que les roues du coté extérieur tournent un peu plus vite, (et symétriquement du coté intérieur à la courbe, un peu moins vite).
Tout le problème est de savoir de combien ?
Sans feedback, seule l'expérience permettra de mettre au point ce paramètre qui n'est pas crucial aux faibles vitesses mais devient pointu quand on va vite et/ou que le sol présente des difficultés d'adhérence.
2 types de feedback (retro-action) sont possibles :
- encodeur sur les roues,
- plateforme imu et/ou GPS
 
Last edited:
Donc pour tourner je devrais appliqué un coefficient ,variable avec la vitesse, en positif pour les roues extérieures et négatif pour les roues intérieures au virage.

Si je lis entre les lignes , si j'avance je devrais ralentir/accelerer les roues d'un coté ou de l'autre. Si je suis en statique , je peux faire tourner mes roues en sens inverses !
 
Exemples de vitesses linéaires et angulaires en fonction
de la vitesse du véhicule, et du rayon de courbure :
Code:
Roue	Diamètre	cm	10	10	10	10	10	10
Roue	Circonférence	cm	31,42	31,42	31,42	31,42	31,42	31,42
Véhicule	Largeur	cm	20	20	20	20	20	20
Courbe	Rayon    	cm	500	500	500	200	200	200
Courbe	Circonférence	cm	3142	3142	3142	1257	1257	1257
Vitesse	dans axe	km/h	5	10	15	5	10	15
Vitesse	dans axe	cm/s	139	278	417	139	278	417
Vitesse	dans axe	t/s	4,42	8,84	13,26	4,42	8,84	13,26
Vitesse	angulaire	°/s	15,92	31,83	47,75	39,79	79,58	119,37
								
Extérieur	rayon	cm	510	510	510	210	210	210
Extérieur	Circonf	cm	3204	3204	3204	1319	1319	1319
Extérieur	Vitesse	cm/s	142	283	425	146	292	438
Extérieur	Vitesse	t/s	4,51	9,02	13,53	4,64	9,28	13,93
								
Intérieur	rayon	cm	490	490	490	190	190	190
Intérieur	Circonf	cm	3079	3079	3079	1194	1194	1194
Intérieur	Vitesse	cm/s	136	272	408	132	264	396
Intérieur	Vitesse	t/s	4,33	8,67	13,00	4,20	8,40	12,60
Pour une vitesse de 5 km/h, les roues doivent tourner à :
4.42 t/seconde pour aller tout droit

Pour négocier une courbe de 5m de rayon :
les roues extérieures doivent tourner à 4.51 t/s
les roues intérieures doivent tourner à 4.33 t/s

NB : la largeur du véhicule est prise à l'axe des pneus.
 
Last edited:
Vous êtes trop pêchus lol !

Je demande juste le "bon" fonctionnement, sans aucune précisions dans quelques domaines que ce soit ! mais merci en tout cas.

Il faut juste que je sache les cas de figure possible et le sens de rotation des roues et/ou écart par exemple entre l'avant et l’arrière. Mais je pense essayer en premier lieu la façon disons qui me parait naturelle.
Au point mort : roue en fonctionnement inversé pour pivoter ;
Si on avance, coefficient appliqué d'un cote en positif et de l'autre en négatif.

je pense que c'est un bon point de départ .
 
par exemple entre l'avant et l’arrière. .
A vitesse nulle (au centre du véhicule) les 4 roues des coins étant plus éloignées du centre, il y a effectivement lors de la rotation sur place une vitesse différente pour ces roues par rapport aux deux roues du milieu. Ça peut se calculer, mais mes calculs précédents étant jugés "trop pêchus" je ne vois pas ce que ça vous apporterait.
En outre, les roues des coins étant celles qui dérapent le plus, un écart de vitesse de rotation par rapport à une vitesse théorique "optimale" est probablement sans importance.
De mémoire, le véhicule est suspendu. Dans ce cas, un écart de vitesse entre roues avant, arrières et intermédiaires peut provoquer des phénomènes de pompage du plus bel effet dans le genre comique et perte de contrôle...
 
En "pechus" j'entends par la d'un gros niveaux ! c'est plus un compliment qu'autre chose hein ?

En outre, les roues des coins étant celles qui dérapent le plus, un écart de vitesse de rotation par rapport à une vitesse théorique "optimale" est probablement sans importance.
D'accord, je ferais au plus simple. Si il n'y a pas plus de piège que ça, ça devrait aller !


Merci pour votre temps passé !
 
Donc pour tourner je devrais appliqué un coefficient ,variable avec la vitesse, en positif pour les roues extérieures et négatif pour les roues intérieures au virage.
Sauf que comme déjà dit, la vitesse n'est pas connue...
En outre, ce coefficient (je dirais plutôt cette fonction...) s'applique à quoi :
- au régulateur PWM ?
- à la vitesse effective des roues ?
 
d’après vous, quelle serait la meilleure façon de piloter les 6 moteurs (3 par cotés) ? pour obtenir un fonctionnement cohérent ?
Pour moi, la "meilleure façon" serait de faire en sorte que l'engin réponde de la façon la plus fidèle possible aux commandes, y compris à grande vitesse, y compris sur différents sols.
Par exemple, direction au neutre, le véhicule est censé aller tout droit...

Mais un truc très pifoïdal permettra également de faire rouler le bidule, au moins à faible vitesse, et en sollicitant beaucoup le pilote.
Un levier par coté serait plus sommaire dans ce cas. Il permet par exemple de choisir entre "tourner sur place" et "démarrer en tournant", ce qui est bien plus délicat à réaliser avec une commande vitesse/direction.
 
Sauf que comme déjà dit, la vitesse n'est pas connue...
Si la vitesse n'ai pas connue par un capteur, elle sera connue(approximativement) par la position du joystick et la valeur lue en analogique sur celui ci.

- au régulateur PWM ?
- à la vitesse effective des roues ?
je ne connais pas encore le mode de fonctionnement des moteurs. Mais dans tous les cas ca agiras sur la vitesse de rotation de l'axe du moteur et donc des roues ?
 

PieM

Senior Member
Simple remarque déjà formulée:
un engin réel moderne de TP se pilote avec un seul joystick, ce qui qui permet à l'autre main de commander d'autres fonctions pendant le déplacement.

Un engin à 6 roues est à considérer comme un engin chenillé. La réalité est que les engins sont motorisés hydrostatiquement, donc les roues sont commandées en couple et non en vitesse. Donc l'effet différentiel se produit simplement.
Avec des petits moteurs électriques et les drivers l'adaptation couple vitesse se fera simplement.
Donc en Y la vitesse, et en X la direction. la commande en X ajoute de la vitesse d'un coté et soustrait la même de l'autre de sorte que la vitesse moyenne reste la même.
donc à vitesse nulle (Y =0 ) le joystick fait tourner sur place, à la vitesse que l'on veut. La manoeuvre en Y ajoute une vitesse moyenne aux deux cotés en marche AV ou AR.
Les drivers étant commandés soit en analogique soit en numérique soit en mode servo, il n'est pas difficile de faire le calcul sans chercher des complication inutiles.
 
Si la vitesse n'ai pas connue par un capteur, elle sera connue(approximativement) par la position du joystick et la valeur lue en analogique sur celui ci.
Comme déjà dit, la position du potentiomètre Y (suivant dénomination PieM) n'est absolument pas représentative de la vitesse effective du véhicule. Toutes les combinaisons sont possible :
- vitesse nulle, Y au zéro (véhicule à l'arrêt)
- vitesse nulle, Y au maximum (véhicule à l'arrêt avec demande d'accélération)
- vitesse maximale, Y au maximum (véhicule à fond les bananes)
- vitesse maximale, Y au zéro (véhicule lancé à grande vitesse avec demande de freinage)
De l'approximation qui varie entre zéro et le maximum, ça s'appelle du n'importe quoi !
 
donc à vitesse nulle (Y =0 ) le joystick fait tourner sur place, à la vitesse que l'on veut. La manoeuvre en Y ajoute une vitesse moyenne aux deux cotés en marche AV ou AR.
Voila la phrase que je cherchais .

il n'est pas difficile de faire le calcul sans chercher des complication inutiles.
Oui avec un coef que je changerais afin de trouver le bon réglage .

J'y vois un peu plus clair et je sais maintenant à quoi m'en tenir !

merci à tous
 
Les drivers étant commandés soit en analogique soit en numérique soit en mode servo, il n'est pas difficile de faire le calcul sans chercher des complication inutiles.
Comme déjà dit, toute méthode un tant soit peu "rigoureuse" est inutile tant que le véhicule est "lent".
La contre-réaction étant en fait le pilote, tout système pifoïdal qui tends à "aller plus vite" quand Y décolle de zéro, et à faire tourner l'engin quand X décolle de zéro donnera satisfaction.
La question initiale n'a d'intérêt que si les performances du pilote (ou pour être plus réaliste de l'ensemble caméra/transmission/pilote) ne permettent plus une réactivité suffisante pour maintenir la trajectoire souhaitée.

Si la question est : "comment conduire une voiture" la réponse est "avec un volant et deux pédales"
Quand on demande "quelle est la meilleure façon de piloter...", il faut s'attendre à des réponses incluant ABS, ESP, DST, AFIL, et autres couillonnades...
 
Last edited:
Si la question est : "comment conduire une voiture" la réponse est "avec un volant et deux pédales"
Quand on demande "quelle est la meilleure façon de piloter...", il faut s'attendre à des réponses incluant ABS, ESP, DST, AFIL, et autres couillonnades...
Je suis un incompris !!!! :(

Ou je me fais mal comprendre, ce serait peut être plus approprié.

Ma question portait sur la façon dont les moteurs et donc les roues ( vus que tout est solidaire) doivent se comporter, pour obtenir un mouvement cohérent et propre. La conversation à dérivée sur la façon d'envoyer l'ordre pour faire tourner les roues ( en l’occurrence les joysticks) mais c'était nullement le fondement principal de ma question.

Ma question était bien comment doivent réagir les moteurs face à un ordre de pivot(sans vitesse) ou de virage(avec vitesse) .Que l'ordre soit donné avec un potar, un BP ou autres , n'est pas la question.

Je pense que j’appliquerai la solution de PieM, qui correspond à ce que j'avais pensé ( ou presque ;) ) a savoir:

un décalage sur X, envoie des valeurs symétriques positives ou négatives de chaque cotés.
un décalage sur Y rajoute ou soustrait une valeur moyenne au décalage précédent.
 
Ma question portait sur la façon dont les moteurs et donc les roues ( vus que tout est solidaire) doivent se comporter, pour obtenir un mouvement cohérent et propre
Comme dit plus haut :
- pour aller tout droit, toutes les roues doivent tourner exactement à la même vitesse, (*)
- pour changer de direction, les roues doivent tourner plus vite d'un coté que de l'autre, toutes les roues d'un même coté tournant à la même vitesse.
Ça semble tellement évident que j'ai bêtement cru que la question allait un peu plus loin dans le sens :
Quelle doit être la relation optimale entre le joystick et la commande des moteurs pour que le véhicule soit le plus facile/agréable/fiable à piloter ?
Ma réponse est grosso modo :
- si le véhicule roule doucement, n'importe quoi fera l'affaire,
- si vous souhaitez allez vite et/ou que la transmission vidéo n'est pas très réactive, il y a moyen d'optimiser...


(*) ce qui est loin d'être trivial car il y plein de choses (comme déjà dit et répété) qui font que les roues ne tournent pas exactement à la vitesse demandée.

Je pense que j’appliquerai la solution de PieM, qui correspond à ce que j'avais pensé ( ou presque ;) ) a savoir:

un décalage sur X, envoie des valeurs symétriques positives ou négatives de chaque cotés.
un décalage sur Y rajoute ou soustrait une valeur moyenne au décalage précédent.
On est bien d'accord et tout le monde dit à peu près ça.
La vrai question est la valeur de ce "décalage"
Soit on fait ça au pifobole,
Soit on réfléchi...
 
Last edited:
Comme dit en #178 la commande avec deux leviers est la plus simple et la plus "intuitive" pour ce type de transmission, en tout cas aux faibles vitesses, et pour enchaîner les manoeuvres rapides : rotation sur place/marche avant/marche arrière,...

Autre renseignement intéressant : il n'y a pas de différentiel. C'est logique pour une évolution sur sol très glissant car dans ce cas un différentiel (ou l'équivalent électrique) envoie toute la puissance sur la roue qui patine alors que c'est plutôt l'inverse qu'il faut faire...
 
Last edited:

PieM

Senior Member
Bonne chance pour synchroniser parfaitement les mouvements avec deux leviers sur un petit boîtier de radiocommande, pour aller droit ! Revoir la vidéo de #168. Ces engins se commandent d'une seule main. L'autre pouvant être utilisée pour piloter les accessoires telle qu'une tourelle de caméra par exemple. Quant au différentiel, je ne vois pas ce qu'il a à faire ici puisque chaque groupe de moteurs à son driver sabertooth.
 
Bonjour,

Je plussoie l'avis de PieM sur un point
Bonne chance pour synchroniser parfaitement les mouvements avec deux leviers sur un petit boîtier de radiocommande
Ceci est clairement impossible . entre deux leviers avec plusieurs dizaines de centimètres de débattement et deux joystick avec 2 cm de débattement , manipulés avec les pouces il y une énorme différence. cette réflexion m'améne avec une contradiction :

Ces engins se commandent d'une seule main
toujours pour les mêmes raison, et au vue de la taille de mon Robot le pilotage à une seule main s'avererai très approximatif , car il est plutôt difficile de synchrone un mouvement X et Y , on aura toujours tendance a pousser un peu plus sur l'un ou l'autre ( sauf les champions de playstation).

De plus le pilotage en immersion rend les choses bien plus complexes niveau conduite. je souhaite rester dans ce format classique. un joystick gaz et un direction.
 

PieM

Senior Member
je souhaite rester dans ce format classique. un joystick gaz et un direction.
Mais c'est toi le pilote...
Je faisais juste remarquer que les modèle commerciaux utilisaient 1 seul joystick pour vitesse et direction.

Concernant la fable de la conduite avec deux leviers, les images sont parfois trompeuses quand on se limite à survoler le sujet. En aucun cas sur les engins décrits plus haut, les leviers commandent en vitesse et en sens chaque coté de l'engin. Les leviers ne servent qu'à la direction, en agissant sur des freins internes à un système un peu particulier et sophistiqué de différentiel.
C'était un principe utilisé sur les anciens chars. Il y a donc en plus une commande de gaz, et un inverseur marche avant - arrière.
En outre ce système rend impossible la rotation sur place par contre rotation des roues. Au mieux une rotation axée sur un coté.

Pour rester sur le sujet, il me semble (pas vérifié) que les drivers ont , outre le type de signal de commande type série, ana , ou servo, la possibilité de recevoir soit une info vitesse moteur droit et vitesse moteur gauche, mais également être commandé par une info vitesse (moyenne) et l'info direction, celle ci donnant lieu au calcul en + ou en - pour chaque moteur.

Cela me fait penser qu'il faut faire le bon choix afin de perfectionner le truc en limitant la vitesse lors des virages en fonction de la consigne de direction. Ainsi une commande de rotation de l'engin pourrait automatiquement entraîner son ralentissement pour éviter le risque de basculement.
 
J'avoue ne pas avoir tout compris, non pas tes phrases, mais par la complexité de l'utilisation des drivers et la compréhension de leur fonctionnement.

par exemple quand tu dis:
la possibilité de recevoir soit une info vitesse moteur droit et vitesse moteur gauche
recevoir un ordre ? ou recevoir la vitesse par un codeur par exemple ? L'information dont tu parles, est elle une data ou une commande ?


celle ci donnant lieu au calcul en + ou en - pour chaque moteur.
En gros ça ferait le travail tout seul , me simplifiant la tache ?

Je n'ai pas encore l'engin en main, et je ne sais pas les capteurs additionnels dessus , mais il a l'air plus trés bas niveau centre de gravité, et plutot large d'empattement, limitant déjà pas mal le risque de renversement. Sa faible vitesse ( pour rappel 6Km/H) limiteras aussi l'inertie dans les courbes . Mais je note ta remarque car si ça se trouve on en aura besoin !
 

PieM

Senior Member
J'avoue ne pas avoir tout compris, non pas tes phrases, mais par la complexité de l'utilisation des drivers et la compréhension de leur fonctionnement.
par exemple quand tu dis:
recevoir un ordre ? ou recevoir la vitesse par un codeur par exemple ? L'information dont tu parles, est elle une data ou une commande ?
les drivers ont besoin d'une info pour leur dire sous quelle tension faire marcher le moteur. Si c'est de l'ana par exemple, selon la valeur il ira plus ou moins vite dans un sens ou dans l'autre.
Il n'y a pas de feedback codeur !

En gros ça ferait le travail tout seul , me simplifiant la tache ?
C'est vraisemblable mais c'est à vérifier.
 

GM39

Senior Member
Concernant la fable de la conduite avec deux leviers, les images sont parfois trompeuses quand on se limite à survoler le sujet. En aucun cas sur les engins décrits plus haut, les leviers commandent en vitesse et en sens chaque coté de l'engin. Les leviers ne servent qu'à la direction, en agissant sur des freins internes à un système un peu particulier et sophistiqué de différentiel.
C'était un principe utilisé sur les anciens chars. Il y a donc en plus une commande de gaz, et un inverseur marche avant - arrière.
En outre ce système rend impossible la rotation sur place par contre rotation des roues. Au mieux une rotation axée sur un coté.
La conduite à 2 leviers n'est pas une fable sur une pelle hydraulique à chenille.
Il y a 2 pédales, une par chenille (parfois prolongés par un levier), le joystick droit pour le godet et une partie du bras et le joystick gauche pour la tourelle et l'autre partie du bras, c'est déjà assez compliqué comme ça.
Sur le max il n'y a pas forcement l'inversion du sens de marche avec les leviers, mais le principe de pilotage est proche.


https://vimeo.com/100600526
 
Last edited:

PieM

Senior Member
La conduite à 2 leviers n'est pas une fable sur une pelle hydraulique à chenille.
Sur une pelle hydraulique, le déplacement est une fonction auxilliaire, non la fonction essentielle.
Je parle de la transmission montrée sur la vidéo qui est une T20 de Warner. Donc mécanique par action de freins sur un système différentiel. Et sur le Max, il y a un levier (Gear shift) pour inversion du sens. C'est même sur les documents de votre lien....

Mais on s'éloigne du sujet.
 

GM39

Senior Member
Il n'y a pas de différence avec le max puisque c'est une T20 également (comme beaucoup de véhicule de ce genre d’ailleurs)

L'utilisation de de deux commandes séparées ne résulte pas d'un choix mais cela traduit une difficulté en mécanique de réaliser l'inversion et la variation de vitesse par une seule commande, ce qui n'est ni le cas en commande hydraulique ni en commande électrique.
 
Bonjour à tous ,

J’espère que vos différentes réveillon se prépare pour le mieux.

Je voulais vous demandez quel était le plus adéquat moyen de communication entre deux µC, dans un milieu perturbé (prêt d'un émetteur de 868Mhz) ?
I2C, UART, SPI ou tout autre que peut me fournir un µC?

merci à vous si vous une idée sur la question !
 
Last edited:

PieM

Senior Member
Bonsoir Jeremy

Ce sont toutes des com filaires donc peu de risque.
Quelle distance ? si grande, UART
Les plus sures (synchrone) I2C et SPI
le plus rapide : SPI
 
Merci PieM ,

la distance est de quelques centimètres ( une dizaine à la louche) .
Il s'agit seulement de la com entre le transceiver le µC qui va gérer l’émission, et le µc qui fera tout le reste non prioritaire.

la com au transceiver se fera obligatoirement en UART, après à moi de choisir, car je vais disposer de toutes ces com à dispo . J'avoue avoir penchant pour l'I2C car c'est celle ou j’ai le travailler jusqu’à maintenant,sans réel raisons techniques .
j'en déduis que ce choix ne sera pas très critique alors ! c'était juste pour savoir si l'une d'entre elles, était plus sensible aux perturbations qu'une autre.

Pour vous tenir informer, car j'estime vous le devoir vu le temps que vous m'avez accordés , l’écran de gestion que j'ai choisis est celui-ci : Ecran TFT . Ce µC me servira de gestion des commandes menu est gadget non prioritaires. Sont interface tactile va me simplier grandement le HARD, même si je gardais de vrai BP .
 
Bonjour à tous,

Je me tourne vers vous, pour savoir si vous avez une expérience en terme d'écran IHM ? Si oui , si vous avez des conseils pour le gérer/faire , les pièges à éviter, les choses fortement conseillées etc ...

je compte partir sur une base avec un écran principal qui affiche les infos importantes en temps réel ( batterie direction, coordonnes GPS); un bouton sur cet écran pour rentrer dans un deuxième écran "réglages".
ce deuxième écran de réglages comprendra les options et boutons de réglages ;
Je pensais peut être à un troisième qui gérerais les TORs , plutôt que de surcharger l’écran principal . Sinon il faudrait rendre chaque infos " cliquables".

Voila , c'était pour avoir votre ressentis , car il est vrai que c'est assez subjectif et dépend un peu du choix de l'utilisateur.

Bonne soirée
 
Top